1. L’historique de notre Dame des Missions

  2. L’extérieur et l’intérieur de l’église

  3. Les vitraux et les peintures

  4. Les sculptures et le Baptistère

  5. Le monument




Les vitraux


    En fait nous sommes à l’époque de la renaissance du vitrail en France, par le retour voulu de la technique de l’âge d’or : composition, verres teints dans la masse sans intervention d’émaux, prédominance des peintres sur les autres disciplines, primauté de la création artistique sur la camelote semi-industrielle.


Au centre :    En haut, le christ missionnaire se penche sur le monde

                     (oeuvre de Jean Herbert-Stevens)

                     En bas, les apôtres partent évangéliser le monde (Pauline Peugnez)

A gauche  :   L’église porte la bonne nouvelle à travers le monde

                     (Jean Jacques Le Chevalier et atelier Louis Barillet et Hansen)

A droite :       L’église s’est établie et fructifie dans les terres lointaines

                      (Dessins de Valentine Reyre et exécution de Marguerite Huré)


     Ici les couleurs chantent. L’unité entre ces trois verrières est donnée par le bleu du fond qui, clair à la base, va en fonçant vers le haut, comme le ciel.


Enfin, sur la façade s’ouvre une rosace octogonale, structure géométrique rigoureuse de Marguerite Huré, animée d’un chatoiement de petits carrés en brique de verre composés d’un entourage de ciment incorporant sur une face un verre blanc et sur l’autre un verre coloré.



Les peintures


   Douze grandes décorations sur toile marouflée représentent l’histoire de l’expansion du christianisme dans le monde.

  L’espace mis à disposition des douze artistes, un sorte de trapèze, imposa un cadrage général unifiant la composition des scènes, la taille des personnages principaux, sur le fond de chaque décoration devant représenter une carte paysagée ou historiée des contrées évangélisées, avec un saint ou un bienheureux relatif à cette contrée ou à ce pays.

   On y remarque la qualité du dessin, l’harmonie des couleurs, la solidité de la composition, l’unité de conception et la lisibilité du message spirituel.

   

Ier Siècle : Le monde romain et le monde grec évangélisés par Saint Pierre

                   et Saint  Paul.

                 (oeuvre de Maurice Denis, fondateur des ateliers d’Art Sacré en 1919 avec Georges Desvallières)


IIe Siècle  :  La Gaule évangélisée par Saint Pothin.

                    (oeuvre d’Henri Marret)


Ve Siècle  :  L’Irlande évangélisée par Saint Patrick.

                     (oeuvre de Pauline Peugnez et Charles Plessard)


VIe Siècle  : Saint Augustin baptise le roi de Kent Ethelbert de Cantorburry.

                     (oeuvre de Valentine Reyre)


VIIIe Siècle : Saint Boniface, apôtre de la Germanie.

                     (oeuvre de Paul de Laboulaye)


IXe Siècle   : Saint Méthode et Saint Cyrille apôtres des slaves.

                      (oeuvre de Georges Ballot)


XIVe Siècle : Bienheureux Johannès de Montecorvino, premier évêque de Pékin.

                       (oeuvre d’Emile Marie Beaume, grand prix de Rome)


XVIe Siècle  : Saint François-Xavier, apôtre des Indes et du Japon.

                       (oeuvre de Lucien Simon)


XVIIe Siècle : Bienheureux Navarette des frères prêcheurs, apôtre du Japon.

                      (oeuvre de Robert Genicot)


XVIIe Siècle : Les martyres français du Canada.

                  (oeuvre d’Henri de Maistre, directeur des Ateliers d’Art Sacré de 1926 à 1947)


XVIIIe Siècle : Saint Théophane Vénard, apôtre de l’Indochine.

                       (oeuvre de Raymond Virac)


XIXe Siècle : Le Père de Foucault, apôtre en Afrique.

                     (oeuvre de Georges Desvallières, co-fondateur des Ateliers d’Art Sacré)